Sans titre… ou poème d’une nuit !

Added 14/3/2012

Sans titre… ou poème d’une nuit !

par Mona Besbes Sellami, dimanche 7 août 2011, 22:01 ·


Une véritable léthargie qui s'empare des esprits et des corps

La journée se fait lente!

Elle plonge les êtres dans une torpeur de morts!

La nuit se fait belle et transparente !

Désirable à mourir

Sensuelle à croquer!!

Entre nuit et jour !

Je meurs et revis à chaque instant!

Sous ma peau de solitaire endurcie!

Je rumine mes déboires malsains !

Je célèbre mes défaites dans l’absence !

Puis je recommence !

La petite attend la nuit impatiente !

Ce soir elle veut faire la fête !

Papa et maman sont réconciliés

Heureusement !

Sans trop de perte…

Pour toutes ses larmes versées !

Pour leur petit ange, ils feront semblant.

Car il semble que l’ennui guette les cœurs usés !

Dans mon petit théâtre de Boulevard

Je continue à jouer double-rôle !

Parfois acteur, parfois metteur en scène!!

Marivaudage ou jeu de travestis ?

La scène de ma vie en est bien pleine…

Mona Besbes

h

Category : Not specified | Comments (2) | Write a comment |

في سجن خواطري المجنونة

Added 14/3/2012

Au bagne de mes pensées folles

J’ai orgueilleusement brisé mes vers…

Puis humblement ramassé les morceaux de verres…

Derrières les parois lisses du bagne de mes pensées folles

J’ai lestement perdu mes refrains

Puis subitement retrouvé le chemin …

Mais mon orgueil et ma plume se haïssent

Mes joies et mes peines se trahissent

Dénudent,

Mes envies meurtries,

Mes amours bannies,

Mes peurs ensevelies

Mes pêchés oubliés

Mes pensées rejetées.

Morceaux de ma chair et de mon sang

Qui perdent leur sens

S’enlisent

Se brouillent

Puis glissent…vers l’abîme de mes sens.

Au bagne de mes pensées proscrites…

L’optimisme m’a fait faire des châteaux en Espagne

Le manichéisme m’a confiné au bagne du doute

Où chaque jour, je vois se battre :

Martyrs et tortionnaires

Anges et démons

Où j’entends geindre le méchant et le bon

Où s’affrontent en duels peu héroïques et immortels

Belzébuth et l’ange-Gabriel

Cervantès …Machiavel.

Don Quichotte…Le Prince

Dans un éternel duel du bien et du mal

C’était au bagne de mes pensées folles…

Mona Sellami

ترجمة

 

في كبرياء و صلف حطمت كل أشعاري

ثم في خضوع مهين جمعت حطام أبياتي

من وراء الأسوار الملساء لسجن خواطري المجنونة

أضعت في ومضة كل تراتيلي

وأهازيجي.....

ثم عدت فجأة لأجد ثانية سبيلي

لكن كبريائي و قلمي يكره احدهما الأخر

كما أفراحي و أحزاني يخون كليهما الثاني

يعرياني

يكشفان الغطاء عن

رغبات مدمرة

عشق منفي

مخاوف موءودة

خطايا منسية

خواطر مهمشة

قطع من لحمي و دمي

تفقد مغزاها

تمتزج....

تلتحم.....

ثم تنزلق نحو هوة أحاسيسي

داخل سجن خواطري المنفية

شيدت قصورا اسبانية من التفاؤل

لكن ثنائية الخير و الشر بثت في التساؤل

رمتني داخل أسوار الشك

هناك اشهد كل يوم صراع الشهيد و الجلاد

الملائكة و الشياطين

اسمع أنات الأشرار و الطيبين

يتواجهون في مبارزة أبدية

غير بطولية

عند الخير و الشر

يلتقي كل من الشيطان اللعين و الملاك الأمين

يلتقي سيرفان تيس مع مكيافيللي.....

الأمير مع دون كيشوت.....

كان هذا داخل سجن خواطري المجنونة

منى السلامي

31/07/2010

h

Category : Not specified | Comments (0) | Write a comment |

Le poète que j’abrite chez moi…

Added 14/3/2012

Le poète que j’abrite chez moi est un paria !

Il ne cesse de réclamer de la solitude

Que de la solitude…

Rien que cela !

Il regrette ses ultimes décisions…

Puis s’étouffe à force de mots fats et gras !

Le poète que j’abrite chez moi est un insurgé

Il écrit tous azimuts…

Des mots confus mais vrais !

Sur un mur sourd et muet

Où personne ne vient même pour assouvir un vil besoin !

Il fait des vers sans couleurs, ni nuances.

Il redoute le retour de sa triste mémoire et les images de sa souffrance.

Il écrit des pages dans la rage

Puis regrette son pseudo courage !

Le poète que j’abrite chez moi est un candide ou un optimiste !

Il sème ses mots à tout vent.

Confiant !

Il se met aussitôt à cultiver son jardin,

En espérant l’arrivée d’un miraculé ou d’un devin !

Jardin aride !

Parsemé d’ignobles épines

Carnivores et avides !

Insouciant et las !

Le poète que j’abrite chez moi se lasse de mon abri de l’habitude…

Il arpente le sentier vers l’arbre de la solitude

Croyant y retrouver : la foi… !

Category : Not specified | Comments (0) | Write a comment |

| Contact author |